CONCOURS D'ART ORATOIRE EN COLLEGE : 2005
Thème : "Vous avez dit passion"

texte de Mélanie AUGUER

gagnante catégorie 6ème - 5ème
classe de 5ème au collège Kacque Brel de Louvroil


Depuis longtemps, j’éprouve un grand intérêt et une grande affection pour les animaux en général et en particulier pour les pigeons qui sont une passion pour mon père, mes frères et moi-même.
Mon père est fervent Colombophile. Quel mot Bizarre ! Il ne collectionne pas les colombes, comme pourrait le laisser à penser ce mot mais il se passionne pour les pigeons voyageurs et il m’a fait partager ce plaisir qui se montre parfois contraignant.
Il m’a d’abord fallu apprendre à nourrir les pigeons. Je leur donne à manger du pain, des graines et un mélange composé de féveroles, graines de lin, d’aris, petit pois, tournesol et des vitamines. Il faut les vacciner tous les ans contre la peste, une maladie qui leur fait rejeter des excréments verts. On leur donne des médicaments : du Coréza pour les narines et les yeux avant et après les courses. Je vais avec mon père faire l’inscription à Sous-le-bois dans un local qui s’appelle l’union Colombophile et c’est là bas que j’achète les bagues. Dès qu’on a inscrit les pigeons, on nous donne des feuilles, et ces feuilles servent à mettre les numéros des bagues, l’heure à laquelle ils partent et l’heure à laquelle ils reviennent. On les amène au local à l’heure qui nous est indiquée pour les installer dans un camion, pour partir à l’endroit où la course démarre. Je vais vous expliquer comment fonctionne cette course.
Tout d’abord on enloge les pigeons à la société Colombophile de Louvroil, Sous-le-bois ou Maubeuge, ensuite on met une bague de caoutchouc à la patte du pigeon, qu’on enlève à l’arrivée pour la poser dans le constateur. Le premier concours c’est à Compiègne, qui se trouve à 102 km. La deuxième semaine c’est 160km. Pour la troisième semaine ils parcourent 202 km et pour la quatrième semaine 402 km. Ensuite c’est à Barcelone pour 1000 km. Entre chaque course, on laisse s’écouler 15 jours à un mois pour que les pigeons se reposent. Dès qu’ils sont en course nous retournons chez nous et on les attend. Dès qu’ils reviennent on prend leur bague pour la mettre dans le constateur et le lendemain on va à la société pour voir si on a gagné.
De plus, j’ai des chiens chez moi car je suis aussi passionnée par ces animaux. Nous avons un berger allemand et un dogue allemand. Ils sont très gentils avec nous. Mon frère et moi on va au dressage en Belgique pour qu’ils nous écoutent mieux.

Mes chiens adorent les petits enfants, ils jouent avec eux. Ils peuvent leur grimper dessus, mais ils ne leur font rien. Quand j’étais petite j’avais 3 chiens et je jouais avec eux. Quand mon ancienne chienne a fait des bébés, je leur ai donné du lait au biberon jusqu’à l’âge de 4 mois.
Si je me passionne pour ces animaux, c’est que mon père et ma mère ont su me faire aimer et partager leur passion.
J’ai alors découvert la différence entre une occupation et une passion, qui ne se situe pas seulement au niveau de l’orthographe.
- être occupé, c’est passer le temps !
- être passionné, c’est donner le meilleur de soi dans une activité que l’on a choisie.

J’éprouve un grand plaisir à m’occuper de mes animaux, ils sont au centre de ma vie, avec ma famille.
Je souhaite à beaucoup d’autres jeunes de mon âge de connaître eux aussi les joies d’une passion partagée.
Vous ne pouvez imaginer la joie que je ressens quand je vais porter les pigeons pour les concours, mais surtout l’impatience qui m’habite quand je les attends près du pigeonnier.
Je scrute le ciel et dés que j’en aperçois un, j’appelle mon père qui se met à pousser des petits cris pour que les volatiles nous reconnaissent.
Ils tournent alors au-dessus de nous puis viennent se poser à l’entrée du pigeonnier.
J’aurais tant aimé être à leur place, voler dans les airs, découvrir la France d’en haut.
Dans mes rêves je m’imagine volant avec eux accompagnée de mes chiens, mais je me dis que j’aurais sûrement beaucoup de mal à les suivre : le chemin est encore bien long du rêve à la réalité !

Je vous remercie de votre attention.»

texte de Christine BEN MOHAMED

gagnante catégorie 4ème - 3ème
classe de 4ème au collège Notre Dame de Grace de Maubeuge

P comme partition, A comme appogiature, S comme sonatine ou S comme symphonie, I comme intervalles, O comme ornement et N comme note. Comme vous pouvez le voir la passion est liée à la musique !!

Moi, la musique, Dieu seul sait pourquoi j’en suis tombée folle à l’âge de deux ans, je ne trouve aucun sens, aucune explication à cette passion dévorante de ma vie. Elle me permet de m’exprimer quelque soit la situation, les mots se mettent en musique tout seul dans ma tête pour soulager mon cœur de tout ce qui l’envahit. Des mots, des phrases trop personnelles, qui ne sortent de ma bouche qu’en chantant encore, encore et encore. La musique est la plus belle communication que je connaisse, des « je t’aime » que je ne sais communiquer qu’en musique. Les choses toutes simples qui forment mon cœur.

S’exprimer ! Les pires sentiments que j’ai connus, la peur, la mélancolie, le doute, le regret, la douleur et la colère, ces choses qui font si mal que la Musique et ma Musique me permettent d’exprimer, de libérer les choses qui font si mal que la musique rend tout simplement plus légères le temps d’une sonatine, d’une mélodie, d’une chanson ou d’une symphonie. La musique peur tout comprendre, tout ressentir. Elle peut me comprendre autant que vous, vous ou vous. Toujours des paroles, des notes pour exprimer ce que vous ressentez ou bien des fois, vous l’expliquez.

De plus, la musique ne m’a jamais laissée tomber, JAMAIS ! Bien des gens m’ont fait mail, une personne m’a laissée sans se retourner, sans me regarder comme ci elle n’avait pas le choix. Je me suis bien souvent fait du mal, mais fautive ou non et jusque dans le pire moment de ma vie, il y avait cette lumière, cette clé de sol d’or qui m’attendait et qui ne s’est jamais détournée de moi, jamais lâchée et qui m’a suivie jusqu’à aujourd’hui, jusqu’ici, devant vous.

Dans son livre, « La rondeur des jours », Jean Giono nous dit que « les passions sont des moyens d’échapper au temps qui souvent nous désole ». Moi, la musique m’a bien souvent ouvert un autre monde, une autre réalité où fuir, bien souvent partagée mes peines mais mes joies aussi. Ces moments, où l’on a une telle envie de vivre, de rire, ces moments en famille, avec ses amis. Ces moments de joie intense, de bonheur où l’on vit, tout simplement sa vie. La musique m’a fait, me fait et me fera vivre ma vie, malgré tout !!

Actuellement je suis une adolescente, AH !!
L’adolescence, période de doute, de remise en question de soi-même. Souvent on se trouve peu ou pas du tout de qualité, on se trouve nul ! Moi, dans ces moments là, c’est encore la musique qui me rehausse dans mon estime. Ni mes amis, ni ma famille malgré tous leurs efforts mais la musique.

Alors ici, le thème est la passion. Pour moi la musique est une passion et bien plus encore, elle est un des sens fondamentaux de ma vie. Ma vie sans musique ne serait pas ma vie, elle serait une portée sans clé de sol, de fa ou d’ut, sans notes, un roman sans histoire, un corps sans vie, un gouffre ! Je ne saurais jamais réellement dire ce que représente pour moi la musique. Mais un jour mon professeur m’a expliqué que la passion pouvait devenir souffrance si on ne la vivait pas. Alors je pense que je réponds au thème donné, car ne pas entendre ou jouer de la musique ou combien même chanter serait pour moi une énorme douleur, une perte !!

Environ 5 des 6 milliards d’habitants que compte cette planète ont la même passion que moi. Pourtant sans que l’on soit exceptionnel, notre passion est unique. La mienne ne ressemble pas à celle d’un autre et celle d’un autre à encore un autre montrant encore à quel point la musique est exceptionnelle et personnelle. La musique est privilégiée à chacun.

Alors vous avez dit passion ? Moi je vous dis MUSIQUE !!!